Une étiquette énergétique pour les aspirateurs

Le Parlement Européen a initié un projet de loi concernant l’application de l’étiquette énergie à la famille des aspirateurs à partir de septembre 2014. Une législation encadrée mettrait un terme à l’idée archaïque qui admet que plus la puissance du moteur est élevée, plus la performance d’aspiration est importante.

Cependant, si le projet de loi sur l’étiquette énergie est accepté dans sa forme actuelle, il incitera les fabricants à développer des machines qui fonctionneront efficacement dans les laboratoires, mais pas à la maison.

Dyson s’inquiète et demande une révision de la réglementation afin qu’elle reflète les conditions d’utilisation à domicile, les coûts des consommables ainsi que la résistance à l’effort. Cela pour éviter de tromper les consommateurs sur la réelle consommation d’énergie des appareils.

A compter de septembre 2014, les moteurs des aspirateurs ne devront pas excéder 1600 watts. En 2017, la législation demandera aux fabricants de ne pas dépasser 900 Watts. Les appareils seront évalués sur une notation de A à G. Ces lettres jugeront de la performance des aspirateurs, ainsi que de leur efficacité énergétique. Si cette mesure est mise en oeuvre efficacement, ce plafond aura un impact positif en terme d’économie d’énergie : 19 TWh d’électricité seront économisés par an d’ici 2020. Cela représente assez d’électricité pour alimenter le métro londonien pendant 20 ans.

Dyson refuse d’utiliser inutilement de gros moteurs pour ses appareils. IL n’utilise pas de moteur de plus de 1400 watts pour leurs aspirateurs. Dyson se concentre davantage sur le développement de moyens efficaces pour maintenir une aspiration constante, comme par exemple la technologie cyclonique brevetée.

Depuis 1999, Dyson a investi plus de 150 millions de livres sterling en recherche, design et développement en ce qui concerne les moteurs numériques. Cette technologie permet aux ingénieurs Dyson d’améliorer l’efficacité des appareils, de les rendre plus légers, et de leur faire consommer moins d’énergie. C’est une équipe de 120 ingénieurs spécialisés en automobile, aéronautique, ou encore en mécanique qui a permis d’inclure ce moteur numérique dans les sèche-mains Dyson Airblade™.

Les moteurs conventionnels utilisent des brosses de carbone qui maintiennent un contact électrique permanent avec la machine. Cette commutation mécanique est inefficace à cause du contact entre les pièces mobiles. Les moteurs numériques Dyson n’utilisent pas de brosses de carbone, mais créent simplement un champ électromagnétique. La polarité de ce champ est commutée numériquement par un microprocesseur.