Le Bilan 2018 du Gifam : l’électroménager résiste

Le total du gros et du petit électroménager vendu en 2018, représente 63,2 millions d’appareils pour un CA de 8,2 milliards d’euros. Sous une apparente stabilité, ces chiffres attestent que le consommateur français reste avide d’innovations sensées améliorer son quotidien.

« Une année contrastée, comme le note Brigitte Petit, présidente du Gifam *, mêlant baisse des achats de produits manufacturés, augmentation des prix à la consommation, coup de frein de la construction et, en fin d’année,  baisse de la fréquentation des magasins sous l’impact des mouvements sociaux ».  Heureusement, le Blackfriday de novembre a bien fonctionné.

Le fait que la valeur se maintienne mieux que le volume est le signe que ces marchés continuent à innover et à susciter l’intérêt des consommateurs qui  veulent des produits vertueux économes en énergie, offrant une grande flexibilité d’usage et ciblés  pour des tâches ponctuelles ; ils préfèrent  une grande modularité de rangement pour le réfrigérateur et de chargement pour le lave-vaisselle ; découvrir de nouveaux outils qui allègent les tâches de repassage et d’entretien de la maison pour privilégier le temps passé à la création de plats en cuisine. S’épanouir dans le « fait maison » plutôt que traquer la poussière. S’équiper d’appareils  connectés pour mieux gérer la maison. Telles sont les envies du consommateur qui préfère le plaisir à la corvée.

Diversification positive pour le petit électroménager 

Avec 47,9 millions d’appareils vendus pour 3 milliards d’euros de CA, le secteur affiche une croissance de 0,5 % en valeur. Le parc actuel atteint 468 millions d’appareils, soit une moyenne de 16,6 appareils par foyer. Le plus fort taux de possession concerne l’aspirateur traineau (83 %), le sèche-cheveux (80 %), le grille-pains (79 %), la raclette (59 %), la friteuse électrique (38 %)…

 

 

L’entretien des sols représente le plus gros poste du PEM avec un CA de 994 millions d’euros  qui représente 26 % en valeur du total PEM et progresse de 8,1 %. Parmi les segments qui répondent aux attentes des français : les balais sans fil (+ 47 % en valeur), les appareils eau et poussière (+ 23 %), les robots (+ 15 %) et les nettoyeurs vapeur (+ 10 %). Les traîneaux continuent d’occuper le terrain mais un second équipement voit le jour pour des tâches plus ponctuelles et spécifiques.

Autre secteur positif, le traitement de l’air (6 % du PEM) en progression de 11,4 % traduit l’inquiétude des français en matière d’allergie et  de fortes chaleurs : on parle beaucoup de la pollution  de l’air intérieur.

L’univers du petit déjeuner (16 % du PEM) se tasse un peu mais le segment des robots cafés qui utilisent directement le café en grains progresse de 24%.

Dans la préparation culinaire (10 % du PEM), les robots et blenders continuent de progresser avec chacun + 2%.

Le soin du linge (6 % du PEM) marque un tassement de – 7 %, du fait des nouveaux textiles et des nouveaux usages du consommateur qui privilégie des outils nomades de défroissage (+ 49 %).

Les appareils d’hygiène beauté  (18 % du PEM) sont en baisse de 5,8 %.

  • Gifam : groupement des marques d’appareils pour la maison

 

Stabilisation pour le gros électroménager

Avec 15,3 millions d’appareils vendus pour 5,2 milliards d’euros, le marché s’infléchit de -0,9 % en valeur. Le parc représente 206 millions d’appareils (soit une moyenne de 7,3 appareils par foyer) : le plus fort taux de possession concerne le réfrigérateur (98 %),  le lave-linge (96 %) et le micro-ondes (91 %). On note  l’arrivée de la cave à vin (8 %) et des machines à café encastrables (1 %).

La part des appareils en pose libre (63 %) marque un recul de 1,5 % en valeur par rapport aux intégrables qui pèsent 37 % et sont stables.

Les appareils de  cuisson enregistrent  une baisse de 2 %, la seule progression dans le froid est celle des caves à vin (+6,6 %) et les appareils de lavage sont globalement positifs.

Il faut rappeler les gains réalisés par les marques dans le domaine de l’économie d’énergie : depuis 1995, la consommation d’énergie des réfrigérateurs a été réduite de 49 %  et celle des lave-linge de 45% (source : Ademe).

La nouvelle étiquette énergie sera mise en application en 2021 pour le secteur du lavage (linge et vaisselle) et des appareils de froid. Un double étiquetage des produits se poursuivra durant 4 mois.